La Chine tentera-t-elle de reprendre la Russie asiatique au lieu de Taïwan?

Alors que la Russie s’affaiblit, Xi Jinping pourrait renoncer à Taïwan pour s’emparer de la Russie orientale – écrit Craig Hooper, collaborateur principal du magazine Forbes et analyste à temps partiel de la sécurité nationale américaine. 

Le leader chinois Xi Jinping est apparu plus puissant que jamais, comme l’a montré le Congrès du Parti communiste. Ce qui restait de l’opposition interne a été cérémonieusement escorté hors de la salle après son élection pour un troisième mandat de cinq ans. Alors que la base de soutien de Xi s’élargit, l’Occident s’attend à un affrontement militaire au sujet de Taïwan, un maillon essentiel de la « première chaîne d’îles » stratégique du Pacifique, en raison de la position intransigeante de Xi à l’égard des ambitions territoriales de la Chine.

Taïwan est une cible évidente de l’expansion territoriale chinoise. Taïwan, qui est autonome depuis 1949, se considère comme une nation indépendante alors que la Chine la considère comme une province rebelle. Le président Xi, quant à lui, a prévu que les deux pays seraient réunifiés au plus tard en 2049, utilisant cette échéance comme motivation pour des réformes militaires importantes et une modernisation précipitée. Certains analystes occidentaux pessimistes s’inquiètent du fait que la Chine a accéléré le calendrier de l’annexion en réponse aux défis démographiques et économiques et qu’elle pourrait mener une action militaire décisive dans les années à venir pour s’emparer de la région rebelle.

Avant le désastre de la Russie en Ukraine, la Chine et la Russie ont juré d’entretenir une amitié sans restriction. Toutefois, les deux nations sont conscientes que les traités d’amitié sont instables. Moins de 20 ans après leur dernier pacte d’amitié, la Chine et l’Union soviétique ont connu une série de violents affrontements frontaliers. Le dégel actuel entre la Russie et la Chine pourrait rapidement s’effriter face aux nationalistes chinois expansionnistes et au mépris croissant, à peine voilé, de la Chine pour la faiblesse russe.

Le terrain est en place pour une « renégociation » de la frontière entre la Chine et la Russie. La conclusion officielle, telle qu’elle est, du différend entre la Chine et la Russie concernant leur frontière commune n’a été atteinte qu’en 2008. La Chine pourrait facilement utiliser un prétexte pour invalider les accords actuels, en demandant à la Russie de restituer Vladivostok et quelque 23 000 miles carrés de l’ancien territoire chinois qu’elle contrôle depuis 1860, pour une bataille frontalière séculaire qui précède l’existence officielle des deux pays.

L’idée de s’emparer d’une île dans l’océan Pacifique peut sembler ridicule, si au nord, de l’autre côté du fleuve Heilongjiang (Amour), il y a de vastes espaces inexplorés, et même confisqués, comme le pensent les Chinois eux-mêmes, à la suite de traités injustes.

En août 1689, à Nerchinsk (aujourd’hui, c’est une ville de 14 648 habitants, située à 335 km à l’est de Tchita sur la route M-58 « Amour » vers Boli’ (Khabarovsk en Russie) et à 5 km de la station Priskovaya du Transsibérien), des négociations entre les délégations de Pierre Ier et de l’empereur Kangxi, qui dirigeait l’empire Qing, ont eu lieu. L’envoyé de l’empereur Kangxi, le ministre Songotu, a demandé que la frontière soit tracée de manière à ce que non seulement la région de l’Amour avec Albazin, mais aussi toute la côte pacifique de la Sibérie jusqu’au cap Dezhnev passent à la Chine. Ensuite, en raison de la barrière de la langue et de l’incompréhension du cérémonial de la cour et du travail de bureau, chaque partie reste persuadée d’avoir conclu un accord profitable, bien qu’aucune n’ait accepté de concessions territoriales. 

En 1860, profitant de la faiblesse de l’empire Qing, qui avait subi des défaites écrasantes lors des guerres de l’opium, les diplomates russes ont obtenu la signature d’un traité en vertu duquel l’empereur Yi reconnaissait à la Russie les terres situées au nord du fleuve Amour et à l’est de l’Usure. Ainsi, la Russie, promettant une médiation dans les négociations avec la Grande-Bretagne et la France, bien sûr par la ruse, a attiré les terres sur lesquelles elle a fondé le port de Hai Shenwei (russe : Vladivostok) – son avant-poste sur l’océan Pacifique. 

Le sujet de ces traités revient constamment lorsqu’on parle de l’amitié » russo-chinoise ». En 1964, Mao Zedong a déclaré ce qui suit lors d’une conversation avec des socialistes japonais, qu’ils ont ensuite racontée à la presse : « Le territoire de l’Union soviétique est déjà trop grand, plus de 20 millions de km2. Sa population n’est que de 200 millions d’habitants. Vous, les Japonais, avez une population de plus de 100 millions d’habitants, et le territoire n’est que de 370 mille km2. Il y a plus de 100 ans, ils nous ont coupé les terres à l’est du lac Baïkal, y compris Boli, Hai Shenwei et la péninsule du Kamchatka. Ils ne nous ont jamais payés pour cela ». 

Il est logique que la Chine tente de reprendre la Russie asiatique. Taïwan n’offre à la Chine guère plus qu’un conflit, tandis que les efforts visant à chasser la Russie d’Asie par des moyens diplomatiques ou autres offrent à l’État chinois affamé et expansionniste des possibilités beaucoup plus lucratives, écrit Craig Hooper sur Forbes.

Le moment viendra-t-il, dans un avenir proche, pour les Russes de payer la facture ? Craig Hooper pense que oui, un tel moment arrive.

Retour en haut