La compagnie française TotalEnergies se retire du capital de Novatek en Russie

La société française TotalEnergies se retire de sa participation dans le géant énergétique russe Novatek et retire son capital. C’est ce que rapporte le service de presse de la société.

La société TotalEnergies

TotalEnergies est une entreprise mondiale multi-énergies qui produit et vend de l’énergie :

  • Pétrole et biocarburants
  • Gaz naturel et gaz vert
  • Sources d’énergie renouvelables et électricité

TotalEnergies, qui opère dans plus de 130 pays, place le développement durable sous tous ses aspects au cœur de ses projets et de ses opérations pour contribuer au bien-être des populations.

Pourquoi TotalEnergies vend-il d’urgence ses parts en Russie ?

TotalEnergies vend de toute urgence sa participation de 19,4% et révoque ses représentants du conseil d’administration de la société russe Novatek. La société a déclaré que cette décision prend effet immédiatement et que les revenus de cette participation ne seront pas inclus dans les états financiers.

« Compte tenu des sanctions européennes en vigueur depuis le début de la guerre, les deux administrateurs représentant TotalEnergies au conseil d’administration de Novatek doivent s’abstenir de voter lors des réunions du conseil d’administration de cette société, notamment sur les questions financières. Par conséquent, ils ne peuvent plus remplir pleinement leurs fonctions au sein du Conseil, ce qui peut devenir un problème pour la direction de cette société. Dans ces circonstances, le conseil d’administration de TotalEnergies a immédiatement retiré les représentants de la société du conseil d’administration de Novatek », a déclaré la société.

Il est à noter qu’une telle mesure réduirait les réserves de pétrole de TotalEnergies de 1,7 milliard de barils. Les pertes sont estimées à 3,7 milliards de dollars.

« Cela entraînera une réduction d’environ 3,7 milliards de dollars dans le reporting du 4ᵉ trimestre 2022. En outre, TotalEnergies n’enregistre plus de réserves pour sa participation dans Novatek, ce qui aura un impact sur les réserves prouvées de la société à la fin de 2021. 1,7 milliard de barils. Cependant, la durée de vie des réserves prouvées de la Société restera supérieure à 11 ans de production », a déclaré TotalEnergies.

Dans ces circonstances, le conseil d’administration de TotalEnergies a décidé de retirer immédiatement les représentants de la société du conseil d’administration de Novatek.

La société française, contrairement à ses rivaux britanniques Shell, norvégien Equinor et américain ExxonMobil, n’a pas retiré ses activités de Russie malgré la guerre en Ukraine et a souvent été critiquée. Le directeur de la compagnie, Patrick Pouyanné, a déclaré que cette politique est « la livraison de gaz liquéfié à l’Europe ».

Dans le même temps, TotalEnergies conserve sa participation dans les projets russes Yamal LNG et Arctique LNG-2.

Implication de TotalEnergies dans la fourniture de carburant à l’armée russe

Le ministre français des affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré que jusqu’à présent, il n’y a pas assez d’informations sur la fourniture de carburéacteur à l’armée russe. C’est ce que rapporte l’agence Reuters.

« C’est un sujet sérieux, il faut donc enquêter pour savoir s’il y a eu un contournement des sanctions ou la fourniture d’énergie produite par une entreprise française ou autre », a déclaré le ministre.

Cependant, Le Monde a rapporté que TotalEnergies était impliqué dans la fourniture de condensat de gaz pour la production de carburéacteur qui pourrait être utilisé par les avions militaires russes en Ukraine, par le biais de la part de l’entreprise française dans une coentreprise avec la compagnie russe Novatek.

Le Monde a également rapporté que le kérosène livré à deux bases de l’armée de l’air russe prétendument impliquées dans les frappes aériennes en Ukraine a été produit à partir de condensat de gaz fourni par Ternaftogaz, dont TotalEnergies détient 49 % des parts.

TotalEnergies, contrairement à ses grands concurrents occidentaux, a maintenu ses actifs en Russie malgré les critiques. La société a affirmé qu’elle n’exploite aucune infrastructure susceptible d’approvisionner l’armée russe et qu’elle n’était pas au courant d’une éventuelle production de carburéacteur par ses partenaires commerciaux.

La position de l’Ukraine sur TotalEnergies

Plus tôt, le conseiller du chef du bureau du président ukrainien, Mykhailo Podoliak, a critiqué TotalEnergies pour son travail en Russie sur Twitter.

« Vous n’allez pas le croire, mais toutes les entreprises européennes n’ont pas encore quitté le marché russe. Certaines pensent encore que l’argent ne sent pas le sang des enfants morts. TotalEnergies reçoit des centaines de millions de dollars de dividendes de Novatek. La plus petite contribution est de créer un fonds pour soutenir les familles ukrainiennes qui ont perdu leurs proches à cause des obus russes », a déclaré Mykhailo Podolyak, conseiller du chef du cabinet du président de l’Ukraine.

Le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, Dmytro Kuleba, a également appelé la compagnie à quitter la Russie :

« Nous sommes reconnaissants au président français Emmanuel Macron et au peuple français de soutenir l’Ukraine. Dans ce contexte, c’est une honte pour la France lorsque des entreprises françaises contribuent à tuer des Ukrainiens et à détruire nos villes. TotalEnergies, quittez la Russie ! », a-t-il écrit.

Read all articles by Insight News Media on Google News, subscribe and follow.
Retour en haut