L’UE tente de réconcilier l’Italie et la France dans leur différend sur les migrants

La Commission européenne élabore un plan d’urgence pour résoudre l’escalade des tensions entre l’Italie et la France concernant l’accueil des migrants arrivants par la mer. C’est ce qu’a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, dans une interview accordée à Politico.

Selon lui, l’organe exécutif de l’UE a lancé une réunion extraordinaire des ministres de l’Intérieur pour discuter de la crise et des prochaines étapes. Elle devrait être convoquée par la République tchèque, qui assure la présidence du Conseil de l’Union européenne.

La Commission européenne propose que les nouvelles règles d’accueil des demandeurs d’asile s’appliquent à l’ensemble de l’itinéraire

« Nous ne pouvons pas permettre à deux États membres de s’affronter publiquement et de créer une nouvelle crise politique sur la migration », a déclaré M. Schinas.

Il a ajouté que lors de la prochaine réunion, la Commission européenne ressayerait de discuter (…) d’un plan d’action avec des initiatives concrètes pour l’ensemble de la route de la migration en Méditerranée centrale.

Le vice-président de la Commission européenne propose que les nouvelles règles d’accueil des demandeurs d’asile s’appliquent à l’ensemble de la route, y compris au mouvement des migrants en provenance des pays d’Afrique du Nord comme la Tunisie et la Libye.

« Il y a encore quelque chose que nous devons améliorer. Notre aide au développement et au voisinage des pays d’origine et de transit ne fonctionne toujours pas aussi bien que nous le souhaiterions. Il y a trop d’acteurs, trop de bases légales, et trop de bénéficiaires. Nous devons mieux concentrer notre aide sur le développement et l’aide à nos voisins », a ajouté M. Schinas.

Conflit déclenché par le navire humanitaire Ocean Viking qui transportait 234 migrants

Comme indiqué, le 11 novembre, le navire humanitaire Ocean Viking avec 234 migrants à bord, dont 57 enfants, a accosté à Toulon. Avant cela, le navire a passé trois semaines en mer comme aucun port ne voulait l’accepter — avant que la France n’accepte finalement cette étape et ne critique pas l’Italie pour son refus.

Le Premier ministre italien, Meloni, et le président français, Macron, se sont affrontés au sujet de cette crise. Rome s’est indignée, affirmant que l’Italie a déjà accueilli des dizaines de milliers de personnes cette année et qu’elle souffre plus que le reste des pays méditerranéens d’Europe.

La décision du gouvernement français est critiquée par le leader populiste

Cependant, la France est également confrontée à une bataille politique interne sur cette question. La leader du parti d’extrême droite  populiste Marine Le Pen a critiqué la décision du gouvernement d’accepter dans le port un navire avec des migrants secourus, que l’Italie ne voulait pas laisser entrer. C’est ce que rapporte Le Figaro.

« Je pense que c’est le début d’une série de tels navires humanitaires » – Le Pen a déclaré, en plus d’accuser les navires humanitaires de collaborer avec des groupes qui aident les personnes des pays pauvres à entrer illégalement en Europe.

« Il est nécessaire que les navires qui sauvent du danger les migrants dans la mer, les emmènent au point de départ », a ajouté Le Pen.

Elle a ajouté qu’elle ne voit rien d’étrange dans la décision de l’Italie de ne pas accepter le navire, et à la place du gouvernement italien aurait fait de même.

Read all articles by Insight News Media on Google News, subscribe and follow.
Retour en haut