Pourquoi les pourparlers avec la Russie sont-ils impossibles et pourquoi faut-il soutenir davantage l’Ukraine ?

Des informations font état d’une pression occidentale croissante sur l’Ukraine pour qu’elle fasse des concessions à la Russie afin de parvenir à un accord pour mettre fin à la guerre Russie-Ukraine. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a immédiatement mis en garde contre le fait de faire des concessions à la Russie, car toutes les négociations précédentes depuis 2014 ont toujours échoué, et la Russie a exploité ce temps pour planifier une nouvelle escalade.

Les positions sur les champs de bataille, ou l’équilibre des forces entre les belligérants, façonnent généralement les négociations de paix. À partir de l’invasion la plus récente, la Russie a tenté d’encercler l’Ukraine et d’imposer des ultimatums au gouvernement ukrainien. Cela s’est soldé par un échec politique et militaire pour Moscou. 

Aujourd’hui, alors que le régime russe est proche de l’effondrement total, toute discussion sur la pression occidentale sur l’Ukraine n’est pas efficace pour plusieurs raisons. Nous allons voir pourquoi.

« Les États-Unis ont demandé en privé à l’Ukraine de démontrer qu’elle est prête à traiter avec la Russie ».

Selon les sources du Washington Post au fait des négociations, le gouvernement de Biden exhorte en privé les dirigeants ukrainiens à montrer qu’ils sont prêts à négocier avec Moscou et à abandonner leur position déclarée selon laquelle ils ne tiendront pas de pourparlers de paix tant que le président russe Poutine n’aura pas quitté ses fonctions.

Cependant, la motivation derrière cela pourrait être de prouver que l’Ukraine fait tous les efforts nécessaires pour ses soutiens internationaux plutôt que de la forcer à s’asseoir à la table des négociations.

Les débats soulignent à quel point la position de l’administration Biden sur l’Ukraine est devenue nuancée, les responsables américains s’engageant publiquement à soutenir Kiev par une aide importante tout en espérant la fin de la guerre Russie-Ukraine qui, depuis huit mois, a un impact dévastateur sur l’économie mondiale et fait craindre une guerre nucléaire, écrit le Washington Post.

L’Ukraine a déclaré les pourparlers avec Poutine impossibles après les « annexions » de septembre

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé un décret proclamant qu’il était « impossible » de discuter avec Poutine fin septembre après l’annexion par la Russie de quatre nouvelles régions de l’Ukraine à l’est et au sud. Zelensky a déclaré dans une allocution télévisée : « Nous traiterons avec un nouveau président. »

Ce mouvement a été exacerbé par les frappes aériennes répétées sur Kiev et d’autres villes, les atrocités systématiques dans les territoires contrôlés par la Russie, notamment les viols et la torture, ainsi que les référendums bidons et la déclaration d’annexion de Moscou. Les autorités ukrainiennes sont devenues de plus en plus véhémentes dans leur rejet d’éventuels compromis, dénonçant les voix qui disent que des pourparlers avec la Russie sont possibles. 

Mykhailo Podolyak, un conseiller présidentiel ukrainien, a déclaré qu’en cas de victoire de la Russie, « nous entrerons dans une période de chaos : une floraison de despotisme, de guerres, de génocides et de courses nucléaires. Toute ‘concession’ faite à Poutine maintenant serait un pacte avec le diable. Vous n’en apprécierez pas le coût ».

L’Occident voit également un tournant potentiel si les forces ukrainiennes s’approchent de la Crimée, même si le G7 a semblé soutenir une vision ukrainienne de la victoire le mois dernier en approuvant un plan pour une « paix juste » qui comprenait des paiements potentiels de réparation par la Russie et des garanties de sécurité pour l’Ukraine.

Pourquoi la réussite des pourparlers avec Poutine est-elle une mission impossible ? 

En raison de la pression intense exercée lors des premières étapes des discussions, les dirigeants politiques ukrainiens étaient prêts à faire des concessions importantes après les deux premiers mois de la guerre. L’équilibre militaire a constamment évolué en faveur de l’Ukraine depuis avril. Tout espoir d’une résolution négociée a été écrasé par les crimes de guerre russes, et la position ukrainienne est devenue ferme.

Grâce au conflit et à ses victoires militaires, l’Ukraine a également obtenu un important soutien militaire et financier international. La décision de Poutine de procéder à une escalade malgré les échecs sur les champs de bataille a suscité des inquiétudes, même parmi ses loyalistes et ses alliés étrangers, car la Russie n’est pas encore totalement isolée. 

Avec ses dernières annexions et ses frappes aériennes sur des infrastructures civiles, Moscou a presque exclu l’option de nouvelles négociations. Il n’y a aucune chance de trouver une solution politique qui protège l’État ukrainien, son indépendance et son intégrité territoriale tant que la Russie n’aura pas abandonné tout espoir de gagner la guerre sur le champ de bataille.

L’Ukraine, quant à elle, a déclaré son intention de « repousser les forces russes sur les positions occupées avant l’invasion du 24 février » et de regagner à terme « la souveraineté complète sur son territoire » (ce qui signifie que la Russie doit quitter la Crimée). En outre, l’Union européenne et les États-Unis continuent de renforcer leurs sanctions économiques contre la Russie. Les alliés occidentaux fournissent toujours des armes à l’Ukraine, pour que l’armée ukrainienne devienne plus forte.

Nous devons également tenir compte comme aucun règlement ne sera possible s’il ne bénéficie pas du soutien de la société ukrainienne, qui, pour l’instant, n’est pas favorable à des concessions d’aucune sorte après toutes les atrocités commises par les troupes russes contre l’Ukraine et les frappes aériennes sur les infrastructures énergétiques et civiles.

Les concessions à la Russie peuvent compromettre la sécurité mondiale durable.

Poser des exigences au gouvernement ukrainien serait un échec pour la sécurité et la stabilité durables en Europe et dans le monde. Un nouvel ordre de sécurité stable en Europe ne sera pas concevable si la Russie ne se rend pas compte que l’Ukraine et l’Occident peuvent riposter. Faire des concessions à Moscou n’est pas la méthode pour y parvenir, car le gouvernement russe ne parle que le langage du pouvoir.

Faire des concessions à l’État agresseur n’est pas le seul moyen de mettre fin à la guerre. Un accord de paix ne peut être négocié et maintenu que par deux parties. Pour combler l’énorme fossé de confiance qui existe actuellement, la pression sur l’Ukraine serait insoutenable. 

Ensuite, l’histoire la plus récente a prouvé que malgré tous les accords conclus, la Russie planifiait constamment de nouvelles attaques. Avec un tel niveau de méfiance, le maintien de la paix et de la stabilité ne semble pas réalisable. Par conséquent, il est difficile d’imaginer comment persuader l’Ukraine de poursuivre un plan qui a déjà échoué si tragiquement.

La Russie veut des pourparlers parce que sa position est extrêmement fragile

La guerre d’agression en cours de la Russie a été arrêtée grâce à la défense héroïque et tenace des Ukrainiens. Le régime de Poutine n’a pas encore réalisé son erreur et a abandonné l’idée de capturer et de conserver les territoires ukrainiens. Avec les démarches russes pour obtenir des armes iraniennes, il a été explicitement établi que si, grâce à la pression internationale sur l’Ukraine, nous parvenons à une trêve rapide, Moscou remaniera son armée, rechargera ses stocks d’armes et lancera une nouvelle attaque.

La guerre en Ukraine a coûté la vie à plus de 65 000 soldats russes, un chiffre choquant. En raison du manque d’hommes, Poutine a ordonné la mobilisation de centaines de milliers de nouvelles recrues en septembre, une décision extrêmement impopulaire que le Kremlin avait voulu éviter. Des milliers de Russes ont quitté le pays pour éviter d’être mobilisés et envoyés vers une mort certaine.

Moscou doit d’abord abandonner ses ambitions impérialistes

Tant que la Russie ne renonce pas à ses aspirations de nation impérialiste, elle continuera probablement à être une puissance déstabilisatrice en Europe et dans le monde. Il devrait être simple de conclure un accord en vertu duquel la Russie accepte de partir et l’Ukraine accepte de la laisser partir. Cela peut rapidement se produire, car l’armée ukrainienne et les sanctions occidentales ont affaibli la Russie au point que même son gouvernement doit reconnaître que la guerre est perdue.

Dans la situation actuelle, Poutine ne devrait avoir aucun mal à présenter tout accord comme une victoire, étant donné son contrôle total sur les médias russes et un Parlement loyal.

Renoncer à l’Ukraine, c’est compromettre la sécurité mondiale 

N’oubliez pas que les Ukrainiens paient les frais d’autodéfense contre les attaques russes et qu’ils sont opposés à tout compromis éventuel. Ils devraient avoir leur mot à dire dans l’une des nombreuses orientations difficiles que prend leur nation. Si nous ne comprenons pas à quel point les Ukrainiens haïssent la domination russe et à quel point ils attachent de l’importance à l’intégrité territoriale, nous ne pouvons pas évaluer correctement les enjeux de la bataille défensive de l’Ukraine.

Par conséquent, il est risqué pour la communauté internationale d’inciter l’Ukraine à choisir une ligne de conduite qui va à l’encontre de ce que souhaitent les Ukrainiens. Essayer de passer outre l’opinion populaire pourrait déstabiliser le gouvernement.

En aidant l’Ukraine à vaincre les troupes russes, l’Occident prévient également la dangereuse propagation de l’agression russe en dehors de cette guerre et envoie un message à Poutine et aux autres dirigeants autoritaires : l’Occident soutiendra nos alliés démocratiques dans leur combat pour la liberté. L’Ukraine a infligé des coûts importants aux forces russes et récupère des territoires précédemment capturés.

L’Occident devrait aider l’Ukraine à gagner cette guerre et à renvoyer les forces russes sur leur territoire. Si Kiev choisit la voie des négociations, les alliés devraient aider l’Ukraine à partir de la position la plus forte possible afin que les négociations se déroulent selon les conditions de Kiev plutôt que selon celles de Moscou. Tout accord négocié doit garantir une paix durable plutôt qu’une simple pause permettant aux forces russes de se regrouper et d’attaquer à nouveau.

Il ne devrait pas s’agir d’un accord avec Moscou prévoyant l’échange de territoires contre un cessez-le-feu, compte tenu de leur responsabilité dans les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le génocide des Ukrainiens. Cette guerre a été déclenchée par Poutine, mais l’Ukraine avance maintenant, tandis que les Russes se retirent – d’abord de la région de Kiev, puis de Kharkiv, et maintenant de Kherson.

Il est difficile de comprendre comment le fait de céder à la Russie peut conduire à une paix permanente. L’Occident ne doit pas commettre la même erreur qu’en 2008, lorsqu’il a omis de fournir à l’Ukraine et à la Géorgie des plans d’action pour l’adhésion à l’OTAN lors du sommet de Bucarest.

La crise actuelle du système de sécurité européen et mondial doit être résolue avant que la Russie et l’Ukraine puissent trouver la paix, que ce soit par une victoire militaire ou un règlement diplomatique. Par conséquent, plutôt que de se concentrer sur l’Ukraine, l’Occident doit maintenir la pression sur la Russie. L’invasion russe pourrait ne pas se terminer immédiatement en conséquence, mais elle serait capable de prendre fin irrévocablement.

Comme l’a dit à juste titre Timothy Snyder, historien de renommée mondiale spécialisé dans l’Europe de l’Est, « il est insensé de protéger Poutine du sentiment qu’il est en train de perdre. Il s’en apercevra lui-même, et il agira pour se protéger. […] Mettre fin à la guerre signifie penser davantage au peuple ukrainien et à son avenir, et moins s’inquiéter des problèmes que Poutine n’a pas. »

Et, nous ne devons pas penser à la manière d’éviter « d’humilier Poutine », comme l’a dit un jour le président français Macron. La machine de propagande russe trouvera une justification du retrait des troupes pour les Russes, et la paix sera rétablie.

Read all articles by Insight News Media on Google News, subscribe and follow.
Retour en haut