Une « flotte fantôme » de pétroliers pour la Russie afin de contourner les sanctions

Une « flotte fantôme » de pétroliers aux propriétaires inconnus est en train d’être constituée dans le monde pour transporter du pétrole dans l’intérêt de la Russie, rapporte Bloomberg.

À partir du 5 décembre, l’embargo européen sur le pétrole russe entrera en vigueur, et à partir du 5 février — sur les produits pétroliers. Moscou cherche désespérément une solution pour contourner les sanctions.

De nombreux navires sont vendus à des entreprises inconnues

Christian Ingerslev, directeur général de Maersk Tankers à Copenhague, qui exploite une flotte de 170 navires, a déclaré que « si l’on regarde combien de navires ont été vendus lors six derniers mois à des acheteurs inconnus, certes, une flotte est en train de se créer pour transporter ces cargaisons », rapporte Bloomberg.

Le courtier en navires Braemar estime que 240 navires supplémentaires – 102 Aframax, 58 Suezmax et 80 très gros pétroliers — ont été achetés pour assurer le transport des quatre millions de barils par jour de la Russie vers l’Extrême-Orient. L’année dernière, ils ont transporté du pétrole iranien et vénézuélien.

Une flotte fantôme est en train de se créer

Anoop Singh, responsable de la recherche sur les pétroliers chez Braemar, a déclaré qu’il y a eu une forte augmentation du commerce de pétroliers par des acteurs inconnus à Dubaï, Hong Kong, Singapour et Chypre. Beaucoup d’entre eux sont des navires plus anciens et feront partie de la flotte fantôme, certains pétroliers étant également fournis par l’armateur russe Sovcomflot.

Bloomberg prévoit aussi une augmentation du transbordement de navire à navire. Cela s’explique simultanément par le risque de sanctions lié au traitement des exportations directement à partir des ports russes et par la nécessité de transborder les petites cargaisons sur des pétroliers plus grands pour les longs voyages.

Il n’est pas certain que les mesures de l’Union européenne, qui devraient entrer en vigueur dans six semaines environ, suffiront à aider le troisième producteur mondial de pétrole à livrer la majeure partie de sa production aux consommateurs et à éviter un choc d’approvisionnement.

Un réseau clandestin censé contourner l’interdiction d’exporter du pétrole russe

Ce qui semble acquis, c’est qu’une partie importante des flux russes sera gérée par un réseau sophistiqué, et souvent secret, de navires, de propriétaires, de ports et d’itinéraires sûrs, qui est dominé par des entités toujours prêtes à avoir du business avec la Russie.

En outre, on assistera très probablement à une augmentation des transferts de navire à navire, ou à l’échange de cargaisons entre pétroliers en mer. Cela s’explique par la nécessité de combiner quelques cargaisons modestes sur des pétroliers plus grands pour de longs voyages, ainsi que par le risque de restrictions liées au traitement des exportations directement à partir des ports russes.

La Chine et l’Inde en passe de devenir les principales destinations

Bien que les navires naviguent fréquemment vers les consommateurs européens, l’Asie, en particulier la Chine et l’Inde, semble sur le point de dépasser l’Europe comme destination populaire après le 5 décembre.

Les transferts dits de navire à navire seront très certainement interdits une fois que les sanctions auront pris effet, et les effectuer en mer Baltique ne sera pas très avantageux pour la Russie ou ses acheteurs. En effet, le pétrole destiné à l’Asie peut, en théorie, être transféré sur d’énormes superpétroliers qui sont trop grands pour quitter la Baltique avec des marchandises à bord.

Un effet de navette a été créé lorsque le navire initial a fait demi-tour après avoir transféré sa cargaison sur le superpétrolier et est retourné chercher du pétrole russe supplémentaire. Tout cela va entraîner une nouvelle chute de l’économie russe et la crise du régime de Poutine va s’aggraver. Enfin, Moscou ne sera pas en mesure de poursuivre sa guerre contre l’Ukraine. C’est ce que visaient les sanctions occidentales après l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes fin février.

Read all articles by Insight News Media on Google News, subscribe and follow.
Retour en haut