Vous ne pouvez pas continuer à vous asseoir sur deux chaises – journaliste italien à propos des Frères d’Italie

Alberto de Filippis est journaliste et analyste à Euronews, spécialisé dans les reportages sur la guerre hybride, l’Amérique latine et, depuis dix ans, l’Ukraine. Il étudie la politique étrangère russe depuis des années, et l’une des choses qu’il trouve les plus fascinantes est la capacité de Moscou à « adapter » ses interventions et ses opérations aux caractéristiques individuelles des différentes nations.

Photo : 24 t v.ua

Moscou soutient les régimes autoritaires en Afrique, les gouvernements d’extrême gauche en Amérique latine et les partis politiques non nationalistes en Europe. Il estime que l’instabilité est le but ultime de Moscou. Cela explique pourquoi Moscou travaille, non seulement avec le régime cubain et Nicolas Madura au Venezuela, mais également avec Marine Le Pen et Eric Zemmour, le nouveau chef du nationalisme français, en France. Il est persuadé qu’il existe des preuves indiquant que la Russie s’est engagée avec le mouvement des gilets jaunes français, a déclaré le journaliste dans l’interview accordée à Channel 24.

En Europe, le populisme est « populaire ». Dans plusieurs nations de l’UE, les partis populistes remportent les élections… Cependant, l’Italie n’est guère une exception. Quelle est votre opinion sur la participation du parti Frères d’Italie aux élections italiennes ?

Matteo Salvini, le Mouvement 5 étoiles (qui a en principe été fondé comme un parti antisystème) et les groupes pro-Brexit comme celui de Farage font partie des alliés de Poutine en Italie. N’oubliez pas Silvio Berlusconi, qui a toujours défendu Vladimir Poutine malgré ses efforts pour se présenter comme un modéré. Néanmoins, Poutine interagit également avec l’extrême gauche en Italie dans le but de soutenir les initiatives anti-OTAN et anti-Bruxelles.

La Russie entretient des relations avec le parti anti-immigration AFD en Allemagne. Pourtant, elle a également utilisé l’ancien chancelier Schröder pour persuader les sociaux-démocrates de voter une multitude de politiques qui renforceraient les liens de l’Allemagne avec la Russie de Poutine.

« Je voudrais vous donner une illustration de la stratégie russe. L’italien est principalement parlé en Italie et dans la région du Tessin en Suisse. C’est là que depuis des années Alexandre Douguine, l’un des idéologues les plus proches de Vladimir Poutine et un italophone compétent, organise des rassemblements avec des radicaux de droite et de gauche, en s’appuyant sur leur dégoût pour l’OTAN et l’Union européenne. À droite, Douguine affirme que l’Europe doit être blanche et chrétienne, et que les décisions doivent être prises à Moscou. À gauche, il assure que l’impérialisme américain doit être défié. Les tactiques de Moscou sont absolument transversales ».

Après ces précisions, revenons à l’Italie, qui me semble particulière en Europe. On prévoit que sa population sera divisée par deux en cent ans, tandis que les plus de 60 ans seront majoritaires dans 15 ans. Depuis au moins 15 ans, la Russie diffuse activement des informations erronées dans le pays, principalement par le biais des réseaux sociaux et de partenariats avec diverses parties. La propagande russe a également persuadé les Italiens qu’ils sont appauvris et que leur économie (qui est en réalité bien supérieure à celle de la Russie) est faible, ce qui contribue à l’instabilité politique du pays.

Il est bien sûr affirmé que c’est la faute de l’Union européenne. La propagande a été cohérente, secrète et convaincante. On a observé, par exemple, que de nombreux sites Internet anti-vaccins en Italie se sont transformés en sites Internet pro-invasion. Au niveau international et local, les médias italiens manquent cruellement de crédibilité et la Russie en ont profité. Les quelques journalistes qui osent rapporter la vérité sur l’Ukraine sont fréquemment moqués. Plus tard, ils sont menacés. À la télévision, de nombreux propagandistes du Kremlin apparaissent, dont Piotr Fyodorov, l’ancien président d’Euronews Russie. Ces experts autoproclamés soutiennent depuis des mois que nous devrions simplement remettre le contrôle de l’Ukraine à Poutine, car il a déjà gagné.

Les partis italiens, qui manquent de confiance de la part du public en raison de la crise économique, sont maintenant obligés de s’en remettre au gouvernement technocratique de Mario Draghi. Atlantiste, pro-européen et favorable à une aide militaire à l’Ukraine. Il a été élu pour diriger un gouvernement de coalition composé uniquement d’alliés de Poutine. Par exemple, Conte, le leader des Quinze, affirme qu’il ne faut pas armer l’Ukraine, Salvini, qui s’oppose aux sanctions, ou Berlusconi, qui vient de dire que Poutine est une victime et qu’il ne voulait pas déclencher une guerre. Même le mouvement vert a été compromis. Tous les efforts déployés en Italie ces dernières années pour assurer à la nation au moins un certain degré d’indépendance énergétique ont été contrés.

À l’inverse, Fratelli d’Italia est un mouvement composite. Même s’il compte de nombreux ex-fascistes, son leader est le seul à être reconnu par le public. Le FDI est composé de personnes très diverses, des nostalgiques du fascisme aux véritables démocrates conservateurs, des atlantistes aux anti-européens. Le parti s’est considérablement développé et semble manquer d’une classe dirigeante formée. Cependant, Giorgia Meloni, la chef du parti, est consciente que si elle continuait à avancer une version souverainiste anti-européenne, elle se heurterait à l’opposition des chancelleries française et allemande. Elle fait un bras d’honneur à Bruxelles pour maintenir le parti. Toutefois, elle communique aussi avec les émissaires de Biden et a affirmé haut et fort qu’il fallait soutenir l’Ukraine.

« L’Italie, pour le meilleur ou pour le pire, a toujours été un laboratoire politique, et des surprises pourraient sortir de cette élection également. Matteo Salvini parait avoir perdu beaucoup de soutien. Forza Italia, le parti de Berlusconi, est en crise. Nous pourrions aussi avoir un gouvernement de coalition très large. »

De nombreux partis « de droite », comme les Fratelli d’Italia en Italie, le Rassemblement national (Marine Le Pen) en France et l’AFD en Allemagne, auraient des liens avec les Russes. Cela signifie-t-il que les habitants de ces pays ne sont pas conscients de ces liens ?

En Italie, il y a un fossé générationnel. Je pense qu’il y a des générations qui sont désespérément mal informées sur le monde multipolaire et qui en ont terrifié. Beaucoup de personnes de plus de 40 ans soutiennent Poutine parce qu’elles sont attirées par les hommes forts, aiment blâmer les États-Unis, l’OTAN ou l’Europe, et refusent de reconnaître que l’Italie vit peut-être au-dessus de ses moyens depuis des années ou qu’il faut s’adapter à un monde en mutation. En outre, les médias italiens sont un échec total. Les personnes ne lisent plus les journaux et, à la télévision, ils laissent entrer les propagandistes pro-Poutine parce que, comme le dit l’argument, « il faut donner la parole à tous », ce qui revient à dire que, pendant le nazisme, on aurait dû offrir la parole, non seulement aux Juifs, mais également aux nazis, qui avaient leurs propres raisons.

« La Russie a découvert que l’utilisation de la guerre de l’information est plus efficace et moins coûteuse que l’utilisation de la force physique. Un tank coûte plus cher qu’une centaine de trolls. Si l’un de vos rédacteurs parle couramment le français, il peut consulter les sites d’information français pour constater que la majorité de ceux qui soutiennent Poutine aujourd’hui sont des Africains. C’est probablement dû au fait que les francophones sont courants en Afrique. Ils parlent français et sont peu coûteux.

Vous m’avez interrogé sur les données en Italie. Un autre exemple que j’aimerais vous raconter aurait déclenché un bouleversement dans n’importe quelle autre nation, mais pas en Italie. »

À Euronews, nous avons appris il y a quelques années que la police et les agences gouvernementales italiennes avaient un accord exclusif avec l’antivirus russe Kaspersky. Bien que Kaspersky produise des articles de qualité, nous avions une question simple : où se trouvent les serveurs qui stockent les données des clients italiens ? À l’étranger ou en Russie ? Nous l’avons fait, car la législation russe permet au FSB et au GRU de demander l’accès à des informations privées. Je le répète : Kaspersky, une entreprise qui fournit des services de très haute qualité, a refusé de répondre à nos demandes et a même menacé de poursuivre en justice les experts européens qui les ont formulées.

Les informations critiques du gouvernement italien sont détenues par une entreprise d’une nation hostile, et rien n’est fait pour y remédier. Les médias italiens sont restés silencieux.

Des sondages récents indiquent que les Fratelli d’Italia vont bientôt prendre le contrôle. Que pensez-vous de l’idée de ce nouveau gouvernement ?

La chef des Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni, a beaucoup d’adversaires, mais les pires sont ses alliés. Meloni est toujours mise à mal par Salvini et Berlusconi, et il n’est pas certain qu’elle soit le premier ministre du prochain gouvernement. Le choix du chef de l’exécutif est une décision prise par le président de la République. Le choix de Meloni devrait être fait par Mattarella, le président italien, mais si le FDI n’a pas une forte majorité, les choses pourraient changer et l’Italie pourrait continuer à avoir cette position ambiguë envers l’Ukraine. 

En réalité, il convient de noter que l’Italie livre extrêmement peu d’armes à Kiev par rapport à d’autres nations européennes, et le soutien de plusieurs partis à Zelensky n’est en aucun cas garanti. Même la récente visite d’Urso, président de la Copasir, la commission parlementaire pour la sécurité de la République, a été peu couverte par les médias italiens. En réalité, les médias pro-Poutine ont explicitement indiqué qu’il ne s’agissait pas d’une visite officielle, mais plutôt d’une visite occasionnelle. Cela a été fait pour minimiser son importance.

Depuis quelques semaines, Copasir a prédit la présence d’au moins quatre « experts » russes qui partagent fréquemment la propagande pro-Poutine sur les plateaux de télévision italiens et sont payés pour leurs opinions par le Kremlin. Copasir a été pris pour cible parce que sa déclaration menaçait la liberté de la presse et d’expression. En raison de sa relation étroite avec Giorgia Meloni, Urso a également été attaqué.

Nos informations indiquent que certains membres de Fratelli d’Italia ont visité des zones occupées en violation de la loi et ont ouvertement soutenu l’invasion russe en Ukraine. Quelques-uns de ses hauts dirigeants, dont Adolfo Urso, se sont rendus à Kiev la semaine dernière et ont par la même occasion exprimé leur soutien. Qu’est-ce que cela peut signifier ?

Le parti a plusieurs âmes et plusieurs courants. Des membres du FDI se sont rendus dans la république illégitime du Donbass en 2017. Incontestablement, des partisans du FDI embrassent l’invasion. Ce sont des individus qui ont été tolérés par le parti et qui y ont contribué de manière significative. Ils ont été récompensés pour leur excellent travail sur le terrain. Meloni doit maintenant réaliser que vous ne pouvez pas continuer à vous asseoir sur deux chaises. Vous ne pouvez pas soutenir simultanément Kiev et Moscou. Voyons si le parti aura le courage de choisir le côté qui soutient Kiev, et je n’en suis pas sûr.

Les services spéciaux des pays de l’UE sont au courant de la collaboration (financement, pots-de-vin, etc.) entre ces groupes nationalistes et les services secrets russes, mais ne prennent aucune mesure. Pourquoi ?

« Tout d’abord, l’Italie a un environnement journalistique extrêmement difficile. Un journaliste qui accuse un homme politique d’intelligence avec l’ennemi » court le risque d’être poursuivi en justice pour dommages et intérêts, ce qui peut le détruire. Pour cette raison, beaucoup de journalistes s’autocensurent. Nous sommes désormais en plein milieu des élections italiennes. Les partis craignent de perdre les voix restantes en raison du taux d’abstention élevé annoncé. Pour cette raison, rien ne se passe. De plus, la télévision italienne a des difficultés financières, alors elle organise des débats où elle sait qu’elle accueillera des propagandistes pro-Poutine. »

Il y aura des réactions sur les réseaux sociaux, ce qui attirera l’attention et l’argent de la publicité. La télévision italienne est sans doute la pire d’Europe pour cette raison également. Avez-vous besoin d’un autre exemple ? Les Russes se sont portés volontaires pour envoyer des médecins en Italie à l’époque de Covid, lorsque Giuseppe Conte, le leader du mouvement Cinq étoiles, était aux commandes. Des enquêtes ultérieures ont révélé que la partie russe comptait un nombre non négligeable de membres du GRU qui ont tenté de pénétrer dans les bases italiennes. Heureusement, le complot n’a pas fonctionné, mais l’Italie a à peine réagi.

Vous voyez, en France, où je réside, Macron a mis en œuvre une mesure de sécurité cruciale malgré l’opposition. D’un point de vue humanitaire, la France offre une assistance aux immigrants ukrainiens comme pays, ce qui constitue un contraste frappant avec l’Italie, où des citoyens privés et la communauté ukrainienne qui existait auparavant en Italie ouvrent la voie. Moscou, voyant que l’Italie était le maillon faible de l’Europe, a mené une vaste campagne de désinformation depuis au moins 15 ans. Les experts qui passent en Italie ne passeraient pas de vidéo dans un autre pays européen, peut-être même pas en Hongrie. Bien qu’ils n’aient aucune crédibilité, ils apparaissent fréquemment à la télévision italienne et prétendent quoi ? Qu’ils sont réduits au silence ?

Retour en haut